Couverture Rozenn, tome 2

Rozenn Kaplang est une rebelle.
La voilà prête à prendre les armes auprès des siens contre le sultan.
Seulement, si elle veut parvenir à ses fins, elle n'a pas d'autres choix que de s'allier aux princes.
Mais à qui choisiront-ils d'accorder leur allégeance ?
À la liberté tant convoitée par les djinns ou à leur père ?

J'ai beaucoup apprécié ma lecture du premier tome de cette duologie et ai repris avec plaisir la lecture de l'histoire là où elle s'arrettait. La fin du premier tome promettait beaucoup de révélation et ce fut le cas ! 

Cependant, j'aurais aimé passé plus de temps dans le camp des rebelles pour en apprendre plus sur leur lieu de vie, sur qui ils sont plus exactement. Les révélations sur les djins et les entraves sont très intéressantes.  La première partie du roman qui traite justement de cette rebellion n'est pas assez aboutie et n'a pas répondu à toutes mes attentes. Ma curiosité aurait voulu en savoir plus sur le peuple djins et son histoire.

Cette partie nous permet d'en apprend plus sur les princes et leurs caractères. Leur psychologie est plus dense qu'il n'y parait au premiers abords et j'aurais aimé en savoir plus sur eux, sur leur enfance et leurs motivations.

La seconde partie du roman m'a un peu plus ennuyée. Le retour au palais, malgré la rébellion, sonne comme un retour dans le premier tome. Les intrigues de cours se succèdent sans grandes surprises. Les romances prennent le pas sur l'aventure que j'aurais aimé voir plus dévéloppée. 

Les romances et les triangles amoureux ont pris trop de place à mon gout. Rozzen est un vrai coeur d'artichaut au charme un peu trop ravageur : il y a, pour moi, trop de facilités scénaristiques autour des sentiments des protagonistes...

L'action redémarre dans la dernière partie du roman qui devient enfin épique. L'autrice n'épargne pas ses personnages et la mise en scène des nouveaux pouvoirs des soeurs Kaplan est un vrai régal. L'ensemble donne une bataille percutante et la narration est très visuelle.

Le charme de cette duologie a opéré sur moi. L'univers est original et dépaysant : les décors orientaux et le bestiaires apportent une touche d'originalité. Malgré un style addictif, certains passages souffrent de lenteur. Les romances prennent trop le pas sur la rebellion et les intrigues de cours tournent beaucoup autour du triangles (ou des triangles) amoureux... Trop finalment, pour que cette lecture soit un coup de coeur !